jeudi, juillet 18
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

11 jeunes formés en stylisme de mode et entrepreneuriat

Le secteur de la mode et l’entrepreneuriat viennent d’être enrichi. Trois jours ont été suffisants pour « Lydia Design », en collaboration avec Young Molato et OPEC, pour former les jeunes en stylisme de mode et en entrepreneuriat. C’est ce samedi 17 avril que s’est clôturé cette formation qui a enregistré onze participants dont sept jeunes filles et quatre jeunes garçons.

Ce master class en stylisme de mode et en entrepreneuriat, à travers les différents types de formations dont la couture d’assemblage et de terminologie moulage et stratégie de création, ont permis à ces jeunes participants d’acquérir de nouvelles connaissances.

Avec l’objectif de former et d’ajuster les compétences en stylisme de mode des jeunes congolais, les outiller suffisamment en création et gestion d’entreprise, la marque Lydia Design en partenariat avec Yang molato et l’OPEC ont rendu les différents participants, capable de se lancer dans leurs professions, tout en restant dans l’aspect professionnel du métier. Ces derniers ont été initiés non seulement dans le but contribuer à l’éducation et l’instruction de la jeunesse congolaise.

«Cette formation avait pour but d’ajouter un plus sur les pratiques du métier du stylisme de mode qui est très négligé. Beaucoup se lancent de manière empirique. Nous avons ciblé la jeunesse congolaise qui est finalement porteuse des vies, parce que quand nous, nous passons, c’est la jeunesse qui reste. Qu’est-ce que nous leur léguons dans les pratiques de la mode. Nous devons leur laisser des emprunts visibles que les gens qui veulent suivre ce métier comme nous, peuvent propulser », a déclaré Lydia Nsambay à la cérémonie de clôture.

Étant doyenne dans le domaine, elle a, par la suite, conseillé aux jeunes bénéficiaires de la formation de surtout le mettre à profit, car d’après elle, s’ils(participants ndlr) ne comprennent pas qu’ils sont en train de recevoir les bases du métier, c’est un problème.

« J’espère que les jeunes qui vont sortir de cette formation comprendront par exemple qu’ils doivent gérer leur business de manière à ce qu’ils soient reconnus par l’État congolais afin de bénéficier des subventions dès qu’il en aura. Ils doivent protéger leurs œuvres qui sont des œuvres de l’esprit et d’améliorer la qualité de leurs finitions, techniques et patronages; s’y identifier au standard international haute-couture», a convié la propriétaire de la marque Lydia Design.

Rappelons qu’après cette formation, le plus grand événement culturel de mode, le festival Kinshasa Mboka Masano se projette au mois de mai, précisément du 7 au 8, au musée national de Kinshasa.

Gabriella Malengo

%d blogueurs aiment cette page :