L’après Ramadan, c’est la guerre à Kinshasa

75E42709-112A-4574-9595-EEA57D0CFAE6

Un désaccord autour de l’occupation du stade des Martyrs de la Pentecôte a dégénéré en violence ce jeudi 13 mai 2021 entre musulmans. En effet, deux camps rivaux créés au sein de cette communauté se sont affrontés pour le contrôle du stade des Martyrs.

Selon les témoignages recueillis sur place, les deux camps auraient chacun fait réservation de ce temple du football pour célébrer la fête l’Aïd al-Fitr, marquant la fin du mois de Ramadan. L’ un et l’autre camps ont refusé de se céder la place et la situation a dégénéré.

Obligée d’intervenir avec des coups de feu et gaz lacrymogènes pour séparer les deux camps en conflit et calmer la situation, la police a également été prise en partie. Un policier aurait été tué et une jeep de la police incendiée. Pour l’instant, le calme est revenu au stade des Martyrs. La circulation au niveau du boulevard Triomphale a aussi repris. Toutefois, quelques poches de résistance sont encore visibles aux alentours du stade.

En RDC, la communauté musulmane est plongée dans la crise depuis 2019. Au sein de cette communauté, deux groupes se disputent le leadership. Le premier bloc est dirigé par Checkh Ali Mwinyi et Idrys Katenga, qui se considèrent respectivement comme chef spirituel et comme secrétaire général de la plus grande organisation musulmane du pays ( COMICO).

Le second groupe est piloté par Cheikh Zaidu Ngongo Amani et l’imam Djouma Twaha, qui se considèrent respectivement comme  le nouveau chef spirituel et le secrétaire général. Le premier bloc accuse le second d’occuper illégalement le siège de la COMICO et de prêcher le djihad. Ce que rejettent Cheikh Zaidu Ngongo Amani et Djouma Twaha qui ne reconnaissent plus l’autorité du Checkh Ali Mwinyi et Idrys Katenga, qu’ils accusent d’avoir « glissé ».

Djodjo Vondi/MCP

%d blogueurs aiment cette page :