Catherine Furaha invite les musiciens à la recréation des spectacles célébrant la force et le pouvoir de la musique

3DCD9CB3-5E8F-46A0-A2D4-BD24F69D9C16

Dans le cadre de la journée internationale de la musique célébrée chaque le 21 juin, le ministre de la Culture, Arts et Patrimoines, Catherine Kathungu Furaha, invite les artistes musiciens, musicologues et musicophiles congolais à la production des activités musicales qui racontent Patrice Emery Lumumba, son histoire familiale, socio-politique et culturelle pendant 6 mois. Partant de ce lundi 21 juin 2021 jusqu’au mois de janvier 2022 en marge du retour et l’inhumation des reliques de l’héros National.
C’est dans son message parvenu à notre rédaction pour la 40eme fête de la musique qui a pour thème « Vivre ensemble la musique » que l’actuel ministre indique que cette période de 6 mois servira d’allier la musique à la science et la recherche.

“Pendant les 6 mois qui vont suivre, à partir de ce lundi 21 juin 2021, le ministère de la culture, arts et patrimoines va ainsi marier la musique et la science, à l’histoire, à la bravoure de notre peuple, à la recherche artistique afin de lui donner une image intellectuelle, noble en cette période où nos efforts, appuyés par l’idée du chef de l’Etat, est d’amener la rumba congolaise au rang du patrimoine culturel immatériel universel”, a-t-elle indiqué.

“La culture étant notre vie quotidienne, nous devons faire de la musique congolaise un patrimoine scientifique de la paix. La culture congolaise de la paix sévit depuis des siècles dans la musique traditionnelle, moderne, urbaine et dans tous les styles nés de nos sources d’inspiration. Voilà pourquoi mon ministère nous invite, à cette journée spéciale de la musique, de penser à raconter par des spectacles en ligne, les moments forts de la réconciliation et de nos inventions grâce à la musique”.

Pour elle, la (re)création des spectacles vivants doivent raconter la force et le pouvoir de la musique en 11 étapes dont : La musique qui libère les esclaves, la musique de la colonisation, la musique de la décolonisation, la musique des indépendances, la musique de 1960 à 1965, la musique de 1965 à 1997, la musique de 1997 à 2016, la musique de 2016 à 2021, la musique d’aujourd’hui en rumba revisitée, la musique d’Afrobeat et urbaine et la musique de recherche.

La musique a toujours réconcilié le peuple congolais, reconnaît-elle , c’est pourquoi, Cette fête de la musique se veut une ouverture aux différentes cultures mais aussi au partage et au rassemblement.
Cependant, ce communiqué ne précise pas le volet prise en charge de toutes ces créations.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :