jeudi, août 11
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner

Lettre ouverte de Hervey N’Goma

J’écrirai à l’encontre de la mort
Pour perpétuer en chaque être, la vie.
Je dessinerai un horizon dans le ciel
Pour minimiser les rives sur la terre.
Je prendrais position en faveur de l’éternité Pour coller un symbole aux cris de la maternité.
Je plaiderai non-coupable sur le meurtre de l’espèce Pour ramener l’humain au centre de sa conscience.
Je volerais sur les semelles de la surface du vent Pour entreprendre un voyage sur les traces de l’infini.
Je battrai les hauteurs à l’étendue du firmament Pour taire l’arrogance suicidaire de l’aigle.
Je monterai nu sur les chaires des églises et des mosquées Et des synagogues pour abroger les législations des doctrines.
Je marcherai au-dessus des livres dits sacrés Pour délivrer les hommes de la prison des sectes.
Je ferai fi des ignobles constitutions des États Pour affranchir les peuples de la dictature de plus forts.
Je cracherai sur les principes de la démocratie Pour redonner de l’espoir aux marginalisés du système.
Je gravirai les marches de la grand ’place publique Pour discourir sur la folie et le mensonge du pouvoir.
II
J’adresserai une épitre d’un ton sévère
À la destination du Vatican pour dissuader
Le Saint Père de son rôle politique.
Aux imams et aux cheiks djihadistes je demande D’arrêter les génocides au nom de l’islam.
Aux églises de réveil de l’Afrique et de mon pays Je demande d’arrêter d’ensorceler, d’extorquer
Et de garder dans un sommeil profond les pauvres fidèles Avec des prédications flatteuses, fondées sur des illusions;
Sous peine des réactions fâcheuses et dures.

Trop c’est trop, j’en ai marre, le peuple en a marre.
III
Je me substituerai à l’État inexistant
Pour saccager tous les débits des boissons Encombrant nos rues, empêchant les humbles Citoyens de réfléchir à cause de la pollution sonore excessive.
Je braverai l’imbécilité des forces du désordre (Armée, Police et service de renseignement),
Investirai la rue dans une marche en colère Pour réclamer le départ sans délai du régime médiocre
Qui enfonce dans la malédiction la plus sombre  Notre Congo et pourtant béni au superlatif.
(Au diable L’alinéa 2 de l’article 70 de notre constitution Qui stipule qu’à la fin de son machin, le phallus reste au dépotoir jusqu’à l’érection…n’importe quoi!)

Je lèverai ma voix plus haute que les tonnerres, Éveillerai la conscience de mes concitoyens
A se déterminer afin de se prendre en charge
En vue d’une libération effective de notre République
Entre les mains des politiciens sans vision ni patriotisme.

Trop c’est trop, j’en ai marre, le peuple en a marre
il est temps de hausser le ton et de faire tabula rasa.

Hervey N’GOMA

La plume qui pleure et qui chante dans l’interminable silence des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :