vendredi, avril 19
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

Appel à candidatures : Le FESPAM ouvre une fenêtre aux jeunes talents africains !

Un enfant jouant à la guitare ph tiers

Avec le le Marché de la musique africaine (Musaf), il est prévu qu’à cette onzième édition, du 15 au 22 juillet, les experts de la musique en matière des droits d’auteurs et droits voisins, du streaming, débattent de la nouvelle façon de commercialiser la musique, aussi bien l’édition que la diffusion musicale en ligne, la vente des spectacles, etc.

Consultant au Musaf, Ange Pongault a annoncé la couleur. « Pour cette fois, nous avons voulu faire différemment dans l’esprit du Midem à Cannes ». Le Musaf a l’ambition de se tenir à la façon de ce grand rassemblement en France, en marge du Festival de Cannes, entendu comme le plus grand au monde des entreprises travaillant dans le secteur de la musique. Il a indiqué : « Le Masa en Afrique de l’Ouest se tient dans ce même esprit. Il est bien temps que l’industrie musicale soit professionnalisée aussi en Afrique centrale, et que le Fespam, dans son organisation, se positionne comme les événements d’envergure du monde ».

Campagne de soutien aux FARDC/ Min. de la communication et médias

Pour cela, a indiqué Ange Pongault, « Le Musaf recevra des tourneurs, toutes sortes d’experts et tous les acteurs de la chaîne de l’industrie musicale, notamment des fabricants d’instruments de musique, d’accessoires et des réalisateurs en informatique musicale. Nous aurons différents représentants de divers secteurs de l’écosystème musical en général ».

En outre, a-t-il souligné, « le Musaf ne se limite pas à l’Afrique, il s’ouvre à tous les continents car le but c’est de faire aussi en sorte que les Africains puissent vendre au-delà de l’Afrique ». D’autant plus que, a-t-il poursuivi, « la musique africaine est consommée quasiment partout. Les sons de nos artistes sont repris partout dans le monde. Maintenant, il faut trouver comment capitaliser tout cela, faire en sorte que le musicien ne soit pas toujours le parent pauvre de l’industrie musicale ».

NN

%d blogueurs aiment cette page :