mercredi, juillet 24
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

«Buzz», Éric Nice veut exhumer Mimi Mongo et ses œuvres !

Dans un projet complet qui englobe tout, l’artiste musicien Éric Nice est allé au-delà d’une chanson qui va sortir dans une semaine. L’auteur de EP « Polygame » se donne le luxe d’associer la voix mélancolique de la déesse du Grand Equateur Mimi Mongo dans son prochain titre « Buzz », qui est les prémices d’un projet artistique bien ficelé.

[masterslider id= »2″]

Ce projet consistera, à en croire Eric Nice, non seulement à immortaliser cette voix et sa musique dans une mélodie « folklore mongo » 2.0 mais également faire entrer cette déesse dans la Panthéon de la musique congolaise en associant ses images, ses œuvres musicales dans un musée pour que les bénéfices servent à ses enfants. En plus, il est prévu l’érection d’un monument en hommage à cette dame chanteuse née dans le village de Bakutshu, dans l’ancien district de la Tshuapa devenu à ce jour une province.

Affiche « Buzz » de Eric Nice

A lire : Eric Nice en mode « Polygame »

Pour immortaliser la Déesse Mimi Mongo morte à Kinshasa mardi 23 janvier 2007 suite à une maladie, ce projet vient au point nommé pour permettre aux générations futures de savoir l’existence de cette chanteuse qui a su ramener la musique Mongo avec sa voix qui incarne toute la richesse culturelle contenue dans la tribu Mongo en particulier et dans la province de l’Equateur en général.

Éric Nice qui est artiste pluridisciplinaire, est allé creuser dans cette tradition une perle qui a rendu presque sa musique moderne brisant certaines barrières qui limitaient la musique Mongo aux Mongo du village.

C’est ainsi que pour pérenniser ses œuvres, ce projet va s’inscrire dans la durée. Il sera exécuté dans plusieurs phases notamment la divulgation du son, le clip avec la figure de Mimi Mongo alors vivante, la campagne publicitaire, l’exposition des œuvres et images de l’artiste dans un musée à Kinshasa, l’érection de son monument à Kingabwa dans son « Royaume » Pakadjuma. L’auteur de la chanson « Que diras-tu » reste donc ouvert à tous ceux qui veulent bien conduire ce projet à bon port.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :