« Divagations, soliloques de cons » de Yolande Elebe

« Divagations, soliloques de cons » de Yolande Elebe

Au total, 30 textes résument le nouveau recueil des poèmes de Yolande Elebe Ma Ndembo qui a été présenté au Sultani Hôtel ouvrant ainsi le mois de la femme avec de belles lettres. Préfacé par Emilie-Flore Faignond, « Divagations, soliloques de cons » est le deuxième littéraire de la plume audacieuse Elebe après la sortie de « le Bictari ».

« La plume de Yolande embrasse tous les sujets de la vie des femmes. Elle offre sa voix puissante aux femmes sans voix, aux femmes violées, écorchées, muselées dans l’indifférence de la société. Dans ses strophes, elle évoque leur abnégation aux souffrances et leurs courages pour sauvegarder l’équilibre familial. Femmes, ne perdez jamais de vue, joignez-vous aux femmes combattantes. Habillez-vous de lumière. Soyez fier d’être femme (…) », a écrit et lu depuis Belgique Madame Emilie-Flore Faignond auteur, elle aussi, de plusieurs ouvrages dont « Miji », « Méandres », « Afin que tu te souviennes ».

Emilie-Flore Faignond et Yolande Elebe ph. arts.cd

Les 30 textes ponctuent la vie en divagation. Tout y est. Quelques extraits-vidéos des acteurs interprétant les titres tels que; « Feuille blanche », « Mon cousin », « Ekomba », « Blanche d’ébène », « Champs de bataille », « Girlfriend », « Lady’s (en mémoire de sa sœur disparue) », « Valons », « Cris de la mère patrie », « Sacerdoce » ont été diffusés sur l’écran géant illustrant le combat de Yolande Elebe ma Ndembo

Bernadette Pundu, au nom de la Ministre de la culture et arts, a encouragé l’initiative et reconnait l’engagement de la femme dans les secteurs clefs de la communauté. Ainsi, pour elle, cette activité permet aux femmes congolaises d’ouvrir culturellement le mois de la femme.

« Les artistes sont le récepteur et l’émetteur des sources divines. Yolande fait la fierté de sa famille, de son père, des femmes congolaises. Que son message touche les consciences et soit accueilli avec enthousiaste (…)», c’en ces mots que la marraine de cet ouvrage Mélanie Mwima a baptisé « Divagations, soliloques des cons ».

Onassis Mutombo

 

%d blogueurs aiment cette page :