samedi, juillet 20
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

Journée du livre: « Les acteurs de la chaîne du livre, devraient juste en profiter pour réfléchir », (Richard Ali)

Ce 23 avril , l’humanité célèbre la journée mondiale du livre et des droits d’auteurs. Frappé par la crise sanitaire, le monde commémore le livre dans la méditation.
Richard Ali, auteur et responsable de la Bibliothèque Wallonie-Bruxelles à Kinshasa, pense que cette journée doit servir de cadre pour une réflexion profonde sur ce secteur qu’on ne peut important. Entretien.

Que représente pour vous le Covid19 ?

Pour moi, c’est une pandémie. A l’heure actuelle,  l’OMS a dit que ça va toucher pratiquement la planète entière.

Comment vous passez ce moment de confinement ?

Je dois avouer que j’en ai tiré grand profit au fait: repos, oui, surtout le repos d’abord tout au début, des bons moments avec ma petite famille, le temps de jouer 24/24 avec mon petit Champion, puis du temps pour lire quelques ouvrages.
A un moment, j’ai failli stressé, disons que j’avais même déjà commencé à stresser, mais j’avais vite repéré l’erreur : c’était les médias, surtout étrangers, puis, j’ai décidé que personnellement que je n’allait plus suivre les infos. Il fallait zapper toute info qui concernait le corona, et du coup, c’était la paix, le calme, la sérénité, jusqu’à aujourd’hui. Je dois vous dire que chez moi, nous vivons depuis comme si de rien n’était.

Quel impact qu’a Covid19 sur votre carrière d’écrivain ? Après un mois d’inactivité pouvez-vous estimer la perte?

L’avènement de Covid-19 avec toutes les mesures de prévention qui ont été rapidement prises, ça peut bien vous surprendre, mais, ça m’a vraiment aidé pour ma carrière. Comme je l’ai mentionné au départ, surtout pour la lecture. Je suis écrivain et je travaille comme Responsable de la Bibliothèque. Mon emploi ne me laisse pas vraiment de temps pour lire comme j’en avais l’habitude avant d’être employé. Je lis plus en diagonale depuis un temps. Et je m’en plaignais beaucoup. La mesure d’arrêt de travail dû au confinement m’a aidé à lire un certains nombre de livres. J’en ai donc tiré profit. Oui, être écrivain c’est aussi lire, beaucoup lire. Je profite de ces moments pour dévorer les ouvrages. J’en ai aussi profité pour le toilettage de mon prochain roman. Mais, je n’ai pas encore pris l’option d’écrire. Je voulais vraiment lire, et ça , je l’ai fait. Je m’en réjouis. Je continue d’ailleurs de lire.

Comment vous faites pour garder le lien avec vos lecteurs ?

Comme je l’ai dit, pour ma part, cette trêve m’aura été bénéfique, surtout pour la lecture et le toilettage de mon roman ( sa restructuration surtout), car j’avais vraiment besoin de temps libre pour le faire. J’ai profité de cette trêve pour le faire.

Le live Facebook, Instagram, le challenge de lecture donnent-ils les résultats attendus ? Selon vous.

Je ne sais pas si on y attendait quelques résultats. Du moins, ça a été positif car on a quand même fait quelque chose en ce temps. Ce n’est pas quand même comme si on était en vacances. Je pense qu’il ne faut pas chercher quelques résultats dans ces activités. C’était des loisirs, de moment de détente, et il faut les accepter et les apprécier à ce stade-la.

Le 23 avril journée du livre, c’est sous quel signe ? 

La journée mondiale du livre de cette année est très spéciale, oui, parce que, comme la plupart d’événements de cette année, elle est différente des éditions précédentes. Les acteurs de la chaîne du livre, devraient juste en profiter pour réfléchir sur des choses qui marchent et qui ne marchent pas dans leur secteur, et penser justement aux actions à faire pour que ça marche dorénavant. Je pense que, pour nous autres qui n’avons pas vraiment été frappés par cette pandémie, nous africains (subsahariens) et congolais surtout, devrons tirer profit de cette trêve pour qu’au moment où tout sera relancé, nous soyons sans excuses, en termes de propositions. Après, comme je l’ai dit, ce n’est pas comme si nous étions vraiment en vacances, mais nous pouvons travailler nos esprits, notre mental, pour en profiter.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :