lundi, janvier 30
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC
Séjour Pape bannière

Rencontre Chorégraphique des grands lacs : Les enfants qui vivent à S.O.S Sida ciblés à Bukavu

« Ce que j’apporte c’est l’encadrement des enfants qui vivent à S.O.S Sida pour leur bien être à venir », a affirmé Christian Boley sur la Rencontre Chorégraphique des Grands-Lacs dont les ateliers de formation et d’accompagnement ont débuté ce lundi, 16 janvier 2023 à Bukavu sous l’égide des Danseurs Christian Boley, Christian Mousse et Haloback Kabango.

Le go de la Rencontre chorégraphique des grands lacs « Rcgl » 2023 a été donné en ce début de semaine dans le Chef-Lieu de la Province aux gorilles des montagnes : Le Sud-Kivu. Comme annoncé il y a peu.

Campagne de soutien aux FARDC/ Min. de la communication et médias

La RCGL se penchera surtout vers les groupes marginalisés. C’est en ce sens que des centres d’assistance ont été choisis pour accueillir les séances de formation et de workshops sous la vision éclairée de Christian Boley, Danseur, Chorégraphe et interprète de Goma, en séances d’accompagnement psychologique qui seront dispensées au Centre S.O.S SIDA situé à Bukavu aux séropositifs de la place.

« Je suis directeur artistique de la Compagnie Les Arts Kultur,… Je suis à Bukavu pour le RCGL dans sa deuxième édition », lâche Boley tout en martelant sur l’honneur qui l’échoit d’être invité deux fois de suite à cette grande messe culturelle provinciale d’envergure nationale.

Le danseur Gomatracien a souligné, en effet, que l’édition 2 de la Rencontre était spéciale et qu’on pouvait l’apercevoir déjà à partir de ses activités préliminaires, en l’occurrence, ces séances de workshops. Et il précise : « J’encadre et accompagne psychologiquement des enfants et jeunes,… et il y a comme un courant auquel je suis branché quand je communique avec eux, et c’est quelque chose qui ne revient pas tous les jours ».

L’apport qu’apporte le parrain à cet événement est principalement psychologique. Raison pour laquelle Boley affirme : « L’année passée, je suis venu tout simplement en tant que danseur. Mais cette année, je viens pour me dévouer envers un groupe des personnes mises à l’écart par la société afin de soigner leurs problèmes psychologiques et proposer une solution thérapeutique à travers la danse.

Moïse Freed Mushaga/ Sud-Kivu

%d blogueurs aiment cette page :