vendredi, avril 19
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

Tourné à Goma, le film « Mulika » au cœur d’un débat au Centre Culturel Américain à Kinshasa !

Le film “Mulika” a été projeté mardi 25 avril à Kinshasa, au centre culturel américain dans la ville de Kinshasa. Court métrage de 15 minutes du réalisateur cinéaste congolais Maisha Maene,  ce film tourné dans la ville de Goma au Nord-Kivu est en tournée dans différents lieux de la culture.

Fiction, réalité, présent, futur, questionnement, proposition de réponse, valeurs culturelles, négligence à la congolaise, chasse aux minerais, aucune question n’est laissée au hasard. Le réalisateur  note que le Congolais n’appréhende pas encore que les minerais du futur se trouvent sur son sol et il est obligé de mettre en place des stratégies pour que ces minerais soient aussi utiles pour lui-même.

TELESOL, Premier distributeur congolais des produits HIK VISION

L’acteur principal de ce film se nomme “Lobi” qui veut dire demain, futur en lingala. C’est un astronaute qui est descendu sur la terre empli de minerais comme vêtements. Il a parcouru quelques espaces de la ville de Goma, des scènes réelles, avant de se rendre auprès d’un vieux qui lui a remis une œuvre d’art en guise de renforcement de capacité pour poursuivre son voyage astral.

Après sa sélection à la 39ème édition du festival du film de Sundance, en janvier, aux États-Unis, et à la 28ème édition du Fespaco, au Burkina Faso, en février dernier, « Mulika » est projeté pour la deuxième fois à Kinshasa.

 «Le film parle du problème de l’exploitation des minerais au Congo. Mais je voulais pousser plus loin, aller dans le futurisme, créer des approches ou des esthétiques qui va revenir dans la décolonisation de l’image du Congo, biaisée par les gens de l’extérieur qui sont venus raconter des histoires sur nous. C’est toujours important de questionner le futur, c’est en ce moment-là qu’on se donne le courage et l’ambition de faire quelque chose au présent pour l’influencer. Il y a aussi le passé, à travers la reconnexion avec les valeurs culturelles et traditionnelles. Il y a un éveil de conscience qui est le premier pas de tout changement », indique Maisha Maene devant la presse à la fin de cette rencontre.

SL

%d blogueurs aiment cette page :