« Trop c’est trop », Sept artistes s’unissent pour dénoncer l’insécurité à Goma

le visuel du projet initié par l'artiste Yves Kalwira

« Trop c’est trop » est l’intitulé de la nouvelle œuvre musicale proposé par 7 artistes musiciens de la ville de Goma pour dire non à l’insécurité qui se vit ce derniers temps dans cette ville de la RDC.

[masterslider id= »2″]

Du rap au reggae en passant par le slam et le chant; Yves Kalwira, Pac Mesrimes, Robat King, Magic Pinokio, Serge Dechelie, JKM Rambo et Ira Irene ont décidé de jouer le porte-voix de la population congolaise pour dénoncer la recrudescence de l’insécurité dans cette ville principale de la province du Nord-Kivu. Depuis plusieurs mois, les assassinats, les kidnappings et les cas de vol se comptent par dizaine à Goma, une goutte dans la vase qui a suscité la révolte du côté de ces artistes pour faire passer ce message fort.

Bien accueilli par le public,  » Trop c’est trop « , est en bilingue (français et swahili) pour mieux peindre le contexte. Cette chanson fait le retour sur les derniers faits atroces et propose de pistes de solutions de cette dure période. On y écoute aussi les cris d’alarmes adressés aux politiques, gestionnaires quotidiens de la cité.

 » On ne fait pas la fête quand ça brûle chez le voisin « , commence par rappeler Robat King.  » Proteger la population et leur bien revient aux autorités politiques « , lance de son côté JKM Rambo en swahili.  » Qu’il ose, réguler ce système de prêt et mette un taux d’intérêt à l’annonce. L’état doit reguler ces taux « , recommande haut et fort Pac Mesrimes dans son couplet avant qu’Yves Kaliwra ne compatisse à la fin avec toutes les familles qui ont perdu leur proche :  » Éternellement en paix, ils se reposent. Peace and love « .

« on a compté assez de morts, nous n’avons plus de mots, cette fois nous disons non « , peu importe le récepteur de ce message artistique, le refrain en lui seul résume toute la chanson «  Trop c’est trop. Il sied d’indiquer que ce projet est initié par l’artiste slameur Yves Kalwira.

David Kasi/Goma

%d blogueurs aiment cette page :