Young Ace Wayé, une nouvelle voix africaine

Young Awe Wayé, prix Découvertes 2020 ph. tiers

Après Céline Banza de la République Démocratique du Congo, le prix Découvertes Rfi n’est pas allé loin de Kinshasa. De son vrai nom, Rolf Derly Ndanda, Young Ace Wayé a remporté le prix Découvertes Rfi 2020. En séjour à Kinshasa, ce jeune artiste rappeur et chanteur de nationalité congolaise de Brazzaville qui a pris sa carrière musicale au « sérieux » qu’en 2015 s’est ouvert aux questions de arts.cd. Entretien.

 

Young Ace Wayé, comment avez-vous rencontré la musique ?   

Je suis congolais originaire de Brazzaville, mais je me sens aussi très attaché à Kinshasa. Je me suis lancé en musique assez jeune. J’ai commencé à prendre  ma carrière au sérieux en  2015 et je me suis investi un peu plus. J’ai eu des amis et frères autour de moi qui m’ont accompagnés parce qu’ils appréciaient ma musique. Ensemble, on a gravi les échelons petit à petit.

La première année quand je me suis lancé, j’ai été récompensé par un prix, « Révélation de l’année »  à Brazzaville. L’année qui suit, j’ai sorti la mixtape de l’année. On est revenu en fin 2019 avec le morceau qui s’intitule « Mbok’oyo ». Un morceau qui a très bien marché et qui a pas mal tourné mais qu’on n’a pas bien exploité à cause de la crise liée à la covid-19. Et mon équipe managériale a décidé ensuite de m’inscrire au Prix Découvertes Rfi. Je pense si l’on a gagné aujourd’hui c’est grâce notamment au soutien du public qui a voté massivement la qualité de l’œuvre que nous avons présentée. Je ne vous apprends pas, il y a plusieurs problèmes en Afrique notamment le problème d’eau, d’électricité,… je pense que c’est vraiment ça qui a pesé  en notre faveur.

Nous savons que le poids politique pèse sur les compositions en Afrique. Etant artiste, êtes-vous libre de vous prononcer sur les problèmes récurrents  au Congo-Brazza ?

Je pense que j’ai une certaine liberté d’expression parce qu’il faut vraiment décortiquer mon œuvre pour se rendre compte que je ne violente pas, je n’insulte pas les institutions de mon  pays. Quand on décortique le texte, l’on se rend compte que dans le morceau « Mbok’oyo », ce que Young Acé Waye incite les congolais que vous soyez de la partie civile, politicien,… à prendre soin de votre pays. C’est ça le message essentiel. Le pays nous appartient, c’est à nous d’en prendre soin. Personne ne le fera pour nous. C’est justement que des personnes  à un certain niveau, ne font pas leur travail correctement qui fait que le pays soit là où il est.

Young Ace Wayé ph. tiers

Après Céline Banza de la RDC en 2019, C’est vous « Prix Découvertes Rfi » en 2020. Pour vous, Young Ace Wayé, c’est une chance, un accident de l’histoire ou une heureuse coïncidence ?

Pas un accident, je pense que dans des telles circonstances les accidents n’arrivent pas. C’est beaucoup de travail et aussi le destin c’est une drôle de coïncidence et ça fait vraiment plaisir. C’est pour prouver combien la culture congolaise est puissante et il y a vraiment du potentiel.

Quels sont vos projets après ce prix ?

Après l’annonce du résultat, on s’est vite durement remis au travail. On a commencé par   concocter notre premier album. Surement, la sortie de cet album va se faire après la tournée qui est prévue dans plusieurs pays en Afrique, histoire de se faire découvrir encore.

Pas encore des structures qui m’accompagnent jusque-là. Je ne travaille avec aucun label .le moment venu de signer dans un label nous allons d’abord nous rassurer que celui-la a la même vision que nous. On ne presse pas, mais on travaille dur pour impacter notre monde.

Message au peuple africain

Juste demander  l’unité, au-delà des ethnies, des langues et des frontières, nous sommes un et nous avons la capacité de faire de notre continent la première puissance si l’on travaille ensemble.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :