Obsèques de Monsengwo : Ambongo tacle, Z. Babaswe et H. Mvula défendent !

Zacharie Bababaswe ph. tiers

Le président national de Force des Patriotes, Honoré  Mvula dit précisément sur  l’homélie du cardinal AMBONGO : «  C’est incroyable de transformer les obsèques  d‘une haute personnalité en une matinée politique sans respect en sa mémoire ». Il ajoute : « La meilleure façon de contribuer à la misère du peuple est aussi de refuser les offrandes grandioses déposées aux obsèques du feu Cardinal Monsengwo. Et surtout restituer la Jeep, car je rappelle à la population que nous souffrons tous les jours pour trouver le transport en commun ».

Pour rappel dans son homélie mardi, le cardinal Fridolin Ambongo a dit exactement : « On ne peut rendre hommages à la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo si on laisse la population croupir dans la misère alors que les gouvernants vivent dans l’opulence et l’impunité ».

Les partisans du Cardinal ont ce matin alimenté la toile en répondant à son tour à Mvula que « C’est une interpellation Monsieur honoré. On ne prêche pas le cadavre, mais plutôt ceux qui viennent assister au deuil. C’était une occasion pour lui de les interpeller.

C’est tout simplement insensé de considérer que l’appel à une justice distributive des richesses nationales soit assimilé à une attaque politique ». Le Cardinal Ambongo n’a rien dit qui choquerait un dirigeant sérieux et responsable qui est soucieux du peuple. Cette réaction de monsieur Honoré Mvula présage un comportement moins responsable.

Ces disciples du cardinal argument aussi que le combat de Monsengwo était juste et loyal murmurent certains de ses partisans et Ambongo a juste rappelé ce combat ; en quoi cela dérange ? Car l’illustre disparu a eu à donner parfois des avis politique pendant qu’il combattait pour l’équilibre dans la société. Pour ça, il était opportun de rappeler quelques points saillants aux autorités.

Les partisans du cardinal  avouent « que vérité reste têtue ». Ils ajoutent : «  Les dires d’Ambongo ne sont juste que la continuité du combat du défunt Mosengwo. Il n’y a que ceux qui se sentent  piquer qui sont à la base de cette misère. Quand quelqu’un meurt les enseignements bibliques ne lui concernent plus, ils sont destinés aux vivants. Rendre hommage ou pas, rien que son témoignage de vie nous est utile. Ambongo n’a réitéré que ce que le pasteur Ekofo avait dit devant les dirigeants de l’ancien régime. En quoi ça vous choque? Les voleurs de la république doivent dégager Le cardinal n’a-t-il pas raison » ?

Certains observateurs affirment que la meilleure façon d’aider Tshisekedi c’est de lui dire la vérité lorsque ça ne va pas. Nous avons l’impression de vivre une dictature. Nous sommes un pays démocratique et chacun a droit de lever la voix lorsque ça ne va pas. Personne ne doit se sentir étouffé dans son propre pays. Laurent Cardinal à qui vous avez rendu hommage à dit à l’époque :  » Que les médiocres dégagent » en ce moment-là vous avez applaudi et vous savez bien il s’adressait à qui. Aujourd’hui Ambongo vous rappelle que la meilleure façon de rendre hommage à Monsengwo c’est de cesser l’enrichissement illicite au détriment de la population et l’impunité.

D’autres par contre félicitant  Mvula estiment que le cardinal n’a rien dit de nouveau, cette façon de parler est juste populiste  pour se faire  aimer, et se faire de buzz dans ce pays, il faut critiquer le pouvoir en place quel que soit les efforts que ce dernier fournisse. C’est dommage si cette pratique doit continuer ainsi de génération en générations,

Surtout   pour un homme de Dieu. Il n’est ni politicien mais il fait la politicaillerie d’une personne bien connue au détriment de tout un peuple. Car  depuis sa prise de fonction,  le cardinal est beaucoup plus en politique que dans l’Eglise même. Contrairement à son prédécesseur, il doit d’abord mettre de l’ordre dans son église catholique que détester sans doute personnellement le Président Félix Tshilombo, en tenant des propos désobligeants comme l’a signalé Zacharie Bababaswe sur son compter twiter!

Les partisans de Mvula  tout en appelant le peuple de Dieu à la vigilance estiment que le Cardinal n’a pas été l’Église au milieu du village. Mais plutôt, l’Eglise au service d’un sujet étranger. Et que la peur doit quitter les esprits des congolais. Car  c’est devenu monnaie courante chez les chefs de file de confessions religieuses, surtout les catholiques de placer la politique au premier plan dans leurs prédications. Cela juste quand on pense que l’on a été déboulonné de plus de 1000 écoles fictives,  je ne vois pas là où on aime le peuple, l’argent de  minerval dans des écoles catholiques continuent à coûter très cher et c’est bien lui Ambongo  l’administrateur en chef  qui le fixe ces prix. Donc de ce côté-là le peuple ne souffre pas ? Il y’a des gens au Congo qui ne peuvent pas prétendre parler au nom du peuple car,  eux aussi contribuent à la descente aux Enfers de ce même peuple.

Nous estimons culturellement parlant que lorsqu’on veut éduquer un peuple, en tant que Bantous, ce n’est pas dans ces genres de circonstances que les messages passent chez nous tous, quelle que l’appartenance tribale, ethnique ou religieuse. Les lieux de deuils, surtout lorsque le corps n’est pas encore enterré, ont toujours été des véritables cadres de concertation et non de règlement des comptes. Pendant les obsèques, il y a certains discours qu’on ne peut pas tenir devant tout le monde. Le cardinal a le droit de dire tout, sauf condamner les autres comme si l’église n’a rien à se reprocher dans cette misère du peuple congolais. Si le corps était déjà enterré  l’on pourrait comprendre. Mais le corps était sur place,   Mosengwo n’était pas n’importe qui. Ce que Ambongo a fait ressemble à ce que d’aucuns qualifieraient de pleurer sans faire couler réellement les larmes vis à vis du peuple de Dieu. Et c’est cela  la culture Congolaise.

Valentin KABANDANYI

%d blogueurs aiment cette page :