Lancement du premier colloque africain sur l’albinisme

Lancement du premier colloque africain sur l’albinisme

Le lancement du premier Colloque Panafricain de sensibilisation sur l’albinisme a eu lieu ce 19 octobre 2021 au Pullman Hôtel de Kinshasa. Ce colloque de deux jours a pour thème : « Solidarité africaine en faveur des personnes atteintes d’albinisme : toujours aussi forts, envers et contre tout ».

Selon le Coordonnateur du Panel pour l’accompagnement du mandat de la RDC à l’Union Africaine, le professeur Ntumba Luaba qui a ouvert ces assises, indique que ce cadre de réflexion est l’aboutissement de l’une des priorités du Président de la République et Président en exercice de l’Union africaine, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a affirmé son engagement dans le respect des droits humains. Dire droits humains d’après lui, c’est aussi reconnaitre que les personnes atteintes d’albinisme jouissent des mêmes droits que les autres personnes.

« Le respect des droits humains c’est aussi lutter contre toutes sortes de stigmatisations et de discriminations dont les albinos font face. Cet engagement vient appuyer les résolutions adoptées par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples réclamant la prévention des agressions et de la discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme » a ajouté le professeur Ntumba Luaba. Et il démontre que c’est depuis 2015 que l’Assemblée générale a décidé de commémorer chaque 13 juin la « Journée mondiale de sensibilisation à l’albinisme. »

Le ministre des droits humains rappelle que le début des années 90 a été soudainement marqué par une « chasse à l’albinos » notamment, en Afrique de l’Est et du Centre, qui s’est soldée par des attaques ainsi que des meurtres rituels, considérés comme de graves violations des droits humains. Ces actes selon Ntumba Luaba, ont pendant longtemps été passés sous silence. Le continent africain a fortement réagi à la présence des personnes vivant avec l’albinisme, dont les naissances ont toujours suscité de nombreuses réactions tantôt positives, tantôt négatives, cette dernière étant la plus répandue, renchérit-il.

« Je veux ici paraphraser Ninou Chelala, qui a dit que, « L’albinos est la marque d’une étrangeté méconnue et incomprise qui éveille préjugés et émotions, laissant présager des imaginaires sociaux variables selon les cultures dès qu’il est question d’explication plus détaillée », dixit le professeur Ntumba Luaba qui salue l’initiative du lancement de ce Premier Colloque sur la sensibilisation de l’albinisme. Il avoue que « cela prouve que l’Union africaine porte un autre regard sur la question de défense des droits des personnes vivant avec l’albinisme ».

En autre, le ministre des droits humains a avoué que le nouveau président de l’Union Africaine ne ménage aucun effort pour contribuer à un changement de paradigme et pour mettre l’Afrique au cœur de nouvelles interrogations ! Changement de paradigme.  « Car, il y a encore des actions à mener pour lutter contre certaines formes de discrimination dont fait face l’albinos, au quotidien. Nous le savon, là où il y a la volonté le changement est possible. Changement de paradigme car nous ne pouvons plus nous contenter des discours sans agir. Et les pays africains devraient désormais placer les conditions sociales des personnes atteintes d’albinismes au cœur des politiques publiques de santé et de protection sociale, dans une approche multisectorielle », a annoncé cet ancien ministre.

Le ministre a terminé son propos par admettre que des progrès significatifs ont été atteints au niveau africain dans la démystification de l’albinisme au sein de nos sociétés et communautés. Bien qu’il reste encore beaucoup à faire, d’importantes actions devraient être envisagées. Plusieurs personnes atteintes d’albinisme continuent encore à faire face à des actes d’exclusion sociale et des imaginaires sociaux inexplicables, indéfendables et inacceptables.

 Valentin KABANDANYI

%d blogueurs aiment cette page :