mercredi, juillet 24
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

«Royaume Kongo: à la recherche du royaume détruit », sous les pellicules !

Le film « Royaume Kongo: à la recherche du royaume détruit », du réalisateur congolais Ne Kunda Nlaba, devait sortir en avant-première mondiale fin Avril-Mai 2020 en France, au Royaume Uni, en Belgique et en Juillet en RDCongo et Angola. Mais, la sortie a été reportée, en attendant la fin de la pandémie du Covid-19, apprend-on d’une source.

Le film « Royaume Kongo: à la recherche du royaume détruit », d’une durée de 104 minutes, a été tourné en RDC et en Angola entre 2018 et 2019.

«Il était une fois au cœur de l’Afrique, au centre du monde, le long de l’océan Atlantique, un empire des plusieurs grandes sources d’eau, des grandes rivières, des fleuves, des léopards, des matières précieuses et des grands hommes qui existait depuis plusieurs centaines d’années avant le 15e siècle. L’Empire était développé, puissant, fort et prospère. Il sera détruit plus tard par l’invasion de l’Europe, l’esclavage, les guerres civiles et le pillage de ses minerais. Il est connu autrement, sous le nom du royaume Kongo”, “Kongo Dia Ntotila” », indique le synopsis du film.

Selon ce site, on y découvre plusieurs lieux historiques, situés notamment à MbanzaKongo/Angola, qui fut la capitale du royaume Kongo: Kulumbimbi (Temple de Sao Salvador), la première église construite en Afrique Subsaharienne ; le musée des rois Kong ainsi que Sungilu (lieu où étaient lavés les dépouilles des rois décédés).

« De nos jours, nombreux ont peut être entendu parler du royaume Kongo, un empire qui a existé au coeur du continent Africain et le long de la côte Atlantique depuis plusieurs siècles avant l’arrivée des Européens en Afrique mais peu connaissent l’histoire de cet empire développé, puissant, fort et prospère en profondeur; notamment son origine, son peuple, sa création, ses leaders, ses rois et prophètes, son déclin occasionné par l’invasion de l’Europe, la Christianisation,les guerres civiles, le pillage de ses minerais, l’esclavage et les déportations mais aussi sa contribution dans l’humanité », indique le réalisateur Ne Kunda Nlaba.
Pour ce dernier, même si aujourd’hui, le royaume Kongo n’existe plus, que son architecture a pratiquement été détruit avec certains édifices enfoncés sous terre, ses territoires morcelés en plusieurs États sans le consentement de Kongo en 1885 à Berlin à la conférence du Kongo, mais sa mémoire et son peuple sont présents.

Reconstituer le patrimoine historique

« Étant un originaire de ce grand État, descendant Kongo, je me permets de reconstituer ce patrimoine historique en faisant un voyage dans le temps mais aussi en me servant du peu qui reste notamment ses ruines, son musée des rois, sa capitale Mbanza Kongo devenue patrimoine mondial de l’Unesco, ses principales villes, ses sites historiques mais aussi à travers sa langue, belle et riche; son peuple qui se retrouvent en Angola, en République Démocratique du Congo, en République du Congo, au Gabon, au Cameroun, en Amérique, aux Antilles et dans plusieurs coins du monde », fait savoir le réalisateur.

Lire la suite sur AfricanShapers

%d blogueurs aiment cette page :