Sean Joe Praise, l’artiste qui redéfinit le RnB & Hip-hop dans l’Est de la RDCongo

DCFF6CDD-EA9A-4BB1-8467-21B10105AB41

Artiste chanteur, auteur-compositeur et rappeur Congolais , Sean Joe Praise est basé à Bukavu , mais Gomatracien d’origine.

Remarquable par son obstination pour la musique depuis son Jeune âge , Sean Joe Praise apprend à aiguiser cette passion jusqu’à en faire découler un artiste amateur de son état . Il décolle dans le monde des Arts, qu’il connaît de manière alambiquée jusque-là , à partir de ses années à l’école secondaire. Concours interscolaires et promotions scolaires ont été donc le premier public à déguster de ce que Sean avait dans ses tripes .

«Chaque fois que j’étais devant un public, il était en feu ,et ,en fait , la sensation que j’en avais m’a donné des ailes, j’ai adhéré donc à l’idée de prendre goût à la musique . À cette époque, j’étais encore interprète. Ce n’est qu’en 2013 que je me suis officiellement lancé dans une carrière musicale, j’ai rejoint un groupe de 4 grands rappeurs à l’époque appelé « Bhs Street « , c’est avec eux que j’ai fait mes premières expériences d’enregistrement en studio. J’ai donc commencé à écrire mes propres couplets. Après nos diplômes d’État en 2015, le groupe s’est scindé et chacun est parti chercher sa propre vie. En 2016, j’ai enfin débuté ma carrière solo que j’ai eu du mal à démarrer tout seul par manque de soutien. C’est alors que deux de mes vieux amis, notamment Fabien Youssay et Gentil Alka ont décidé de venir à mon chevet , m’ont produit et m’ont trouvé quelques opportunités », révèle t-il.

Et d’ajouter que, C’est alors que voit le jour le tout premier morceau de l’artiste en 2017 intitulé « Let me sing » : « laissez-moi chanter » ; Une chanson ,par ailleurs, qui avait pour destinataire le public du monde entier et que l’artiste considère comme préambule d’une « fleur musicale qui va éclore » sur le monde.

Il ne lâche pas le morceau , de 2018 en 2020 Il enchaîne avec de nouvelles productions et des collaborations avec des titres comme , « Avenir incertain » , le renommé « Your time is short » , « This is love » , « Corona Deuil Mondial » , « l’après Corona » , enfin la plus récente , « XXIème Siècle », un feat avec le Géant du Soul Bukavien , CowB London.

En terme de showcase et sorties artistiques, Il s’est produit sur plusieurs scènes , Il a même postulé à un festival international « Festival Amani »,… A ce sujet,  il déclare, «certes je n’ai pas été retenu , mais j’ai quand-même continué ma route ».

Et il ne le dit pas pour bleuffer , car dans la foulée , il a très vite su intégrer un projet visant à promouvoir les artistes appelé « izulu Live », du centre culturel « Ndaro art culture » dont il est résident. « Avec ce projet j’ai appris à faire de la musique Live et je l’ai appris également aux autres,… C’était une ouverture pour moi », se réjouit-il indiquant que《Mon genre de musique c’est le RnB, le hip-hop ,mais n’empêche que la plupart des fois je fasse une combinaison qui marche bien entre différents styles de musique. Je suis orienté vers la revo-music et l’éducation populaire par la musique.》.

Son tout premier maxi-single dont le titre sera dévoilé dans un avenir proche sera en vente sur une plateforme nationale . De la simple passion vers une carrière musicale, Sean Joe Praise, après s’être fait un public , envisage déjà vivre des revenus de son art, et notamment, de son prochain album.

Pour la sortie de cette production cependant , il a lancé une campagne faisant appel à souscrire histoire de lui faire coup de pouce au vu de ses maigres moyens financiers.

 « Je ne prétends pas être une exception, mais je suis sûr d’une chose, je suis moi ; Ma musique et mon style sont propres à moi. Lorsque j’écris une chanson, un single, j’y mets toute mon attention, mon énergie et mon cœur comme si c’était le dernier. Je cherche toujours à toucher et marquer un cœur par mes messages d’espoir, de paix, d’amour », signifie cet artiste.

Il exhorte ainsi le public de toujours avoir cette volonté de pousser loin l’œuvre de l’artiste lorsque celui-ci la publie. «Je ne suis absolument rien sans eux, car tout ce que je fais c’est pour le partager avec eux », conclut il d’un air rassurant.

Moïse Freed Apostolos / Sud-Kivu

%d blogueurs aiment cette page :