mardi, décembre 6
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

CHRONIQUE LITTÉRAIRE: « Faites la guerre ; ne faites pas … l’amour  » de Yoka Lye

Confidences du chauffeur du ministre 

« Faites la guerre, et non l’amour  ». Voilà ce que j’ai lu ce matin-là de dimanche, à l’entrée de notre nganda-bar du quartier. J’en suis d’autant plus interloqué que notre gérant semble avoir pris à contre -courant le dicton que j’ai coutume de lui répéter après l’avoir entendu moi-même chez notre patron, le ministre d’État des Affaires Tactiques. Or, à moins de me tromper, j’ai plutôt entendu de la bouche du ministre la phrase suivante : « Faites l’amouret pas la guerre ; phrase héritée, d’après le ministre, du vaste mouvement hippie en faveur de la paix, dans les années ’70, sous les secousses notamment de la Guerre du Vietnam.

Au gérant méditatif et accoudé au comptoir du nganda-bar,j’ai exprimé mon étonnement.  Lui, le gérant, s’est étonné de mon étonnement, et a persisté : « Mon ami piloteoui , faitesla guerre, et non plus l’amour  ». Puis le gérant a monté le ton : « Il est temps, s’est-il exclamé, de regarder et de voird’entendre et d’écouterde toucher et de sentirde s’indignerde s’engager ». Je n’avais jamais entendu notre « ambianceur-en-chef » tenir des propos aussi va-t-en-guerre. Je me suis de nouveau étonné, et le gérant s’est encore étonné de mon étonnement . Il a renchéri : «  Saistumon ami pilotequenotre voisin d’àcôtéle pasteur –deréveila emprunté à laBible même des paraboles incendiaires ? ». Et  voilà le gérantqui me raconte comment le fameux pasteur s’est inspiré de la révolte de Moïse contre les ennemis   Amalécites, le même Moïse qui avait enjoint Josué d’enflammer et de poursuivre la guerre, avec ce détail montrant Moïse au sommet de la colline, brandissant un bâton béni de Dieu pour galvaniser les troupes combattantes. Le pasteur est allé loin ; il a dit : « aucune prière même la plus ardente, même la plus agenouillée;aucune marche même la plus pacifique, même la plus rampante ; même  les concerts de musique les plus turbulents avec des sacrifices propitiatoires, rien de tout cela ne gagnera notre guerre ».

… Et afin de joindre le geste à la parole, le gérant m’aannoncé trois décisions gravissimes : primo, est interdite dans le nganda-bar toute boisson alcoolisée en signe de  veillée de guerre , de même que toute danse lascive autour des hanches; secundo, sont programmés des exercices martiaux pour mettre en condition de guerre les plus jeunes parmi les ambianceurs du nganda-bar, exercices accompagnés d’un catéchisme de préceptes civiques .

… J’ai enfin compris le gérant ; pour lui : « Faire la guerre et non l’amour  », c’est, toutes affaires cessantes, rester branché heure après heure vers le Soleil levant, vers l’Est éprouvé du pays, en union de révolte…

(YOKA Lye)

%d blogueurs aiment cette page :