Cinéma : « L’Empire du silence », Balufu et Thierry Michel à couteau tiré !

Cinéma :  « L’Empire du silence », Balufu et Thierry Michel à couteau tiré !

Présenté le dernier week-end du mois de novembre 2021 à Kinshasa, le film de Thierry Michel « L’empire du silence » est au cœur d’une vraie polémique « cinématographique ». A la base, le réalisateur congolais Gilbert Balufu Mbaye  Kanyinda accuse le belge d’avoir plagié son film « Congo ! le silence des crimes oubliés» dont le belge a visionné et détient une copie. Il affirme dans son message parvenu à Arts.cd que plusieurs prises de vue du film du réalisateur belge ressemblent à son œuvre.
La réaction ne s’est pas fait attendre. Le réalisateur belge qualifie cette accusation « d’une campagne de diffamation et de fake news».

Dans son premier message livré au lendemain de la diffusion de ce film « L’empire du silence » du réalisateur belge Thierry Michel, Gilbert Balufu Mbaye est monté au créneau pour dénoncer ce qu’il qualifie de plagiat pur et simple.

« Je le confirme bien sans fantaisie ni hésitation. Thierry Michel a plagié mon film et il le sait très bien. S’il pense que ce sont de fausses allégations, qu’il me traduise en justice pour diffamation ; ce qu’il ne fera jamais et il en est bien conscient. Ce vendredi 26 novembre 2021, j’étais dans la salle de projection au Palais du Peuple, et j’ai noté près de 80 éléments de comparaison ! C’est du plagiat pur et simple. Je pensais qu’il était un peu plus créatif, mais je le découvre sous un jour sombre! Je termine mon film avec un plan montrant le soleil, et lui aussi termine le sien de la même manière ! Même le synopsis, il a copié sur le mien. Toute personne ou tout cinéaste épris de bon sens ne peut soutenir cette malhonnêteté, à moins d’être complexé et animé de haine, et de mauvaise foi », dénonce Gilbert Balufu. 

Thierry Michel et son producteur compte porter plainte pour diffamation !

Du côté de l’accusé, Thierry Michel pense qu’il est accusé « de manière mensongère, diffamatoire et menaçante, de plagiat du film qu’il a réalisé voici 6 ans dénonçant les massacres rwandais en RDC

« Congo, le silence des crimes oubliés », écrit-il.  Et d’ajouter que, « Ses accusations sont totalement fausses, preuves détaillées à l’appui. Bien plus, il a utilisé certaines archives utilisées dans mes films sans les créditer ! ».

Cette affaire a pris une nouvelle tournure poussant les deux camps à se justifier à s’attaquer directement sur les réseaux sociaux sans faire appel aux cours et tribunaux.

Thierry Michel ne pouvait imaginer, s’étonne t-il, qu’il allait faire l’objet d’une campagne calomnieuse dont le but est de « fragiliser la distribution internationale du film « L’Empire du silence » en Belgique en France, et bien entendu au Congo avec le but évident d’empêcher la tournée de diffusion prévue dans plus de 6 provinces martyres où j’ai filmé les victimes ».

Dans son message, Thierry Michel indique que lui et son producteur Les Films de la Passerelle ont décidé de porter plainte devant la justice pour diffamation et calomnie en droit pénal congolais pour imputations dommageables.

« Nous sommes des morts, les morts n’ont pas peur de mourir »

Producteur et rédacteur du film de son jeune frère, Balufu Bakupa Kanyinda qui se présente comme le producteur du film plagié considère que la justice des réseaux sociaux n’est pas la vérité de l’écran.

« L’empire du silence » est votre actuel mensonge, inspiré par un autre film, celui d’un jeune cinéaste congolais. Aujourd’hui, le cinéaste Gilbert Balufu Mbaye est l’objet de vos mensonges, de votre mépris. Vous n’êtes pas à votre premier forfait au Congo. Vous êtes un cinéaste « léopoldien ». Son magnifique film, que vous avez vu au Fespaco 2017, et que vous avez apprécié devant moi, ne doit rien au vôtre. », réplique t-il.


Réagissant à la promesse d’une plainte prochaine, Balufu Bakupa Kanyinda souligne que «Nous sommes des morts ; les morts n’ont pas peur de mourir. Allez trouver votre justice, où vous voulez. Parce que Nous accusons d’escroquerie, abus de confiance, inspiration malhonnête et détournement intellectuel d’une oeuvre d’esprit appartenant à autrui. A l’heure où l’on évoque la restitution des œuvres d’art pillées en Afrique, il n’est pas bien indiqué d’ajouter son cas à la longue liste des objets volés, des biens mal acquis ».

C’est parti pour des jours agités entre les Balufu et Thierry Michel. Avant que la situation ne s’envenime encore plus, ne Serait-il pas temps qu’une institution neutre ne prenne le devant pour réunir les deux camps ? Vaux mieux un arrangement à l’amiable qu’un bon procès.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :