Peinture : A la découverte de Patshéli Kitenge

Né à Kinshasa en République Démocratique du Congo, Patshéli Kahambo Kintenge est un artiste peintre du mouvement Pop art qui a baigné dans un contexte socio-politique tendu.

Témoin de ces bouleversements, il a choisi dès son jeune âge la peinture comme médium pour exprimer ses frustrations et ses espoirs.

Il a, à son actif, plusieurs prix dont le plus récent est la mention spéciale du jury dans le concours ORISHA.

Ayant compris que l’histoire de l’humanité est une succession de jeux d’échec et mat dans lequel l’enjeu est le gain à tout prix.

L’artiste met en lumière les instigateurs qui se camouflent derrière chaque empire qui s’écroule, chaque régime qui s’ébranle. C’est le cercle vicieux du « Qui perds, gagne ».

Dans un style ludique, il peint des personnages à l’aide de l’acrylique mousseux. Cette technique donne à la vue de l’admirateur, l’impression d’une sueur qui dégouline du visage du personnage central : l’homme. Seul personnage qui, à l’œil de l’Artiste est l’incarnation du libre arbitre. Un lien peut être établi entre la transpiration qui permet de réguler la température corporelle et l’invitation de l’artiste à la purification individuelle pour le bien collectif. Tout ce qui lave, mousse dit-on ! Vu dans ce sens, la mise en valeur de ce nettoyant par Patsheli est un appel tacite à un mea culpa collectif pour nettoyer les souillures qui asphyxient la paix universelle.

Cet appel à l’unité est pour l’artiste le seul moyen d’assainir cette planète bleue sur laquelle s’entasse les décombres d’un passé heureux. Les indicatifs sur les dés désignent les Etats en guerre. Cette évocation renvoie à un jeu de destruction dans lequel l’instinct de survie pousse la population à s’exiler.

Lire l’intégral sur www.africulturelle.com

%d blogueurs aiment cette page :