jeudi, juillet 18
Meet the target Banner
Meet Logic PRINT Banner
Tous derrière les FARDC

Vitshois Mwilambwe regrette l’inexistence d’une politique culturelle en RDC

 Vitshois Mwilambwe Ebondo artiste visuel curator et directeur artistique de Kin Art Studio qui soutient et promouvoir la création visuelle contemporaine a livré sa pensée à la sortie de l’atelier sur la coopération culturelle entre la République Démocratique du Congo et Fédération Wallonie-Bruxelles tenu récemment.

Pour lui, la grande part de responsabilité revient à l’Etat congolais d’assurer la promotion des créations artistiques des artistes congolais.

Quels sont le programme de Kin Art Studio pour la moitié de 2017 ?

Pour l’année 2017 dans l’ensemble Kin Art Studio, nous n’avons pas un grand programme. Nous venons de déménager. Nous venons de trouver un grand espace qui fait 2500m² à l’Espace Utexafrica pour mettre en place un premier programme national de résidence d’artistes contemporains, critique d’arts, et curator. Aussi l’espace sera ouvert aux concerts pour des artistes qui pensent créer des spectacles musicaux avec des arts visuels peuvent rester pour quelques jours afin de fignoler leur spectacle pour renforcer la scène.

Un autre projet qui met tien à cœur, c’est Young Congo. C’est au fait un projet qui met en scène les jeunes artistes congolais qui travaillent et bénéficient des NTiC. Il peu être présenté tout va bien avant la fin de cette année.

 

Pensez-vous que l’inexistence d’une politique culturelle nationale peut être à la base de lenteur ?

La politique culturelle n’existe pas, il n’y a que des intentions. S’il se décide de le mettre en place, il ne faut pas que les rédacteurs ou les penseurs viennent d’ailleurs. C’est à nous artistes, hommes de la culture du Congo par rapport à notre contexte national  qu’on doit se dire comment définir le statut d’artiste congolais. C’est à nous de faire une analyse sur la situation artistique au Congo pour rédiger une politique culturelle nationale. Et en même temps, elle aura des visés internationaux pour une visibilité internationale de notre culture ailleurs. Du coup ça demande une expérience nationale et internationale.

 

MM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :