Littérature: Présentation du roman « Gahi ou l’Affaire autochtone » d’Henry Djombo.

6FF07767-3355-4ECF-B5EF-D5C8FDDB2086

La bibliothèque du centre culturel Wallonie-Bruxelles a servi de cadre pour la la presentation du roman « Gahi ou l’Affaire autochtone » du politicien et écrivain congolais de Brazzaville, Henry Djombo, sur lequel il incite les bantous à l’amour et à la considération du peuple autochtone pour bâtir ensemble une société humaine fondée sur l’égalité mutuelle.

A cette occasion, il y avait devant, dans la tribune , l’écrivain Henry Djombo, Le professeur et critique, Prospère Gubarika, ainsi que Richard Ali, responsable de la bibliothèque de la délégation générale de Wallonie-Bruxelles en RDC et modérateur de l’activité. En outre, Plusieurs écrivains et journalistes congolais ont assisté à cette exposition littéraire.

Cet opus « Gahi ou l’Affaire autochtone » qui vient avec une touche particulière, celle du ‘’changement de mentalité’’et de ‘’vivre ensemble’’ et, est porté sur les fonts baptismaux de l’écrivaine Yolande Elebe, secrétaire générale de la commission spéciale pour la coopération entre les deux rives congolaises, (COSPECO).

« L’ouvrage interpelle les décideurs, les autorités à tous les niveaux pour considérer la question autochtone comme essentielle, pour régler les conflits qui opposent les communautés mais surtout, pour assurer la défense, la protection et la promotion des droits de ce peuple parce que, la question n’est pas bien traitée là où elle se pose. (…) Ce roman repose sur les relations harmonieuses, sur les relations intercommunautaires et permet de quitter dans l’injustice», a déclaré Henry Djombo pendant l’interview.

Signalons par ailleurs que c’est en février de l’année en cours que son dixième roman « Gahi ou l’Affaire autochtone » a vu le jour, dans la maison d’édition Langlois Cécile (LC). Il compte 203 pages, réparties en 16 titres.

Henry Djombo, homme politique et écrivain du Congo Brazzaville, grâce à son neuvième opus « vous mourrez dans dix jours », l’auteur a remporté, en mars dernier, le prix Camara-Lye, l’enfant noir.

Parmi ses œuvres littéraires, nous citons notamment « Les morts vivants », « Lumières des temps perdus », « Les bruits de couloirs », « l’avenir est dans ma tête », « vous mourrez dans dix jours », …

Plamedie Mbenza

%d blogueurs aiment cette page :