Socoda: les pétitionnaires saisissent le Premier Ministre et préparent un Sit-in !

Socoda: les pétitionnaires saisissent le Premier Ministre et préparent un Sit-in !

A travers un mémo adressé adressé au Premier Ministre, les pétitionnaires de la Société congolaise des droits d’auteurs et droits voisins (Socoda) continuent à contester le conseil d’administration actuel issu de dernières assemblées organisées par la société des droits d’auteurs et de droits voisins (Socoda) maintenant Nyoka Longo à la tête.

Une vue des pétitionnaires pH. Arts.cd

Ne reconnaissent nullement les deux assemblées organisées récemment, les pétitionnaires passent à la vitesse supérieure et comptent appuyer sur l’accélérateur au cas où la primature tardait à agir.

«Nous constatons qu’à ce jour, ce groupe, fin mandat depuis le 31 août 2021 n’a jamais daigné organiser les assemblées générales pourtant statutaires et annuelles excepté pour se faire réélire haut la main et sans bilan. Face à l’imminence de la fin du mandat des organes en place de la Socoda, le quart des sociétaires en vertu de l’article 33 de nos statuts et de 342 de l’acte uniforme de l’Ohada ont saisi par pétition en la date du 21 août 2021, son excellence madame la Ministre de la culture pour qu’elle convoque les assemblées générales  », écrivent ils dans leur mémo.

Dans leur conclusion, ils sollicitent auprès de l’autorité des mesures conservatoires pour préserver la cohésion sociale qui risque d’être perturbée par la prédation instituée en mode de gestion à la Socoda, accuse-t-ils, par Nyoka Longo et son conseil d’administration afin de résoudre l’interminable conflit existant entre la SONECA et la Socoda par la justice tél que souhaité dans votre programme du gouvernement.
C’est au cours de la conférence de presse organisée par cette frange des coopérateurs de la Socoda au Musée national que le boa a été éventré.

« Il est temps de se mettre ensemble, pour l’intérêt de nos Droits mais aussi pour le développement de notre pays. Malheureusement la primature ne réagit pas aux correspondances. Nous avons fait ce que nous exige la légalité. Si nous ne trouvons pas gain de cause, nous comptons faire un sit-in pour se faire attendre. Notre plus grand défaut est que l’état congolais ne nous avait pas préparer à la gestion des droits d’auteurs. C’est toute notre difficulté », souligne Blaise Bula, l’une des têtes affiches de ce mouvement au sein de la Socoda.

Auteur compositeur et instrumentiste, Maika Munan est revenu en beau parleur sur plusieurs sujets notamment l’épineuse existence de la Soneca. « La Soneca a été  crée pour une durée de 30 ans non prolongée. Elle est morte de sa belle mort et liquidé. Notre combat actuel n’est pas à mettre sur les dos des individus non, nous voulons seulement que notre société fonctionne normalement »,  souligne Maika avant de révéler que la socoda en province comme le Katanga est une succursale de l’Union des musiciens congolais (Umuco). Ce qui traduit selon lui, un vrai désordre dans la gestion des droits d’auteur. « Nous ne sommes pas membre de la Cisac puisque la Socoda actuelle ne fonctionne pas normalement », regrette Maika Munan.

Par contre, Paul Leperc pense que la Socoda souffre de l’impréparation qui a suivi sa naissance. « Depuis sa création, la Socoda  n’était pas placé sur les bonnes bases pour permettre aux artistes coopérateurs  d’être maîtres  ».
Il faut noter que le Conseil d’administration Nyoka Longo a radié récemment Verkys Kiamwangana, Blaise Bula et Adrica Tipo Tipo mais ce dernier ne le reconnaît pas affirmant qu’il n’a pas été saisi officiellement. C’est (ré)parti pour un long jeu de ping-pong.

Onassis Mutombo

%d blogueurs aiment cette page :